Des scientifiques à la rencontre de leurs lecteurs

Le vendredi 17 mars 2017, de 15h00 à 16h30, Katia Laval, une scientifique a rencontré une trentaine d’élèves de seconde du lycée Montaigne pour discuter avec eux d’un sujet brûlant : le réchauffement climatique.

Le Prix Sciences pour tous

Dans le cadre des enseignements d’exploration « littérature et société » et « méthodes pratiques et scientifiques », une trentaine d’élèves de seconde 8 se sont investis dans le prix littéraire « Sciences pour tous » avec leurs professeurs de Sciences Physiques, Marie-Pierre Loubet et de Français, Laurent Begbeder. Ce prix littéraire, créé par les services d’Action Culturelle du Rectorat de Bordeaux en 2006, est organisé en lien avec le Syndicat National de l’Edition et l’Académie des Sciences. Dans le cadre de ces enseignements, les élèves lisent des livres de vulgarisation scientifique sur le thème : « Le réchauffement climatique : changements et perspectives » et essaient de comprendre les enjeux du dérèglement climatique.

Chacun partage avec les autres ses impressions de lecture en vue d’établir un classement qui déterminera, en même temps que celui des lycées d’autres académies, le nom du lauréat du Prix 2017. La classe participera à la remise régionale du prix le 16 mai 2017 à la bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, au cours de laquelle ils présenteront une restitution de leurs lectures et échangeront avec d’autres élèves autour des questions climatiques.

Dans le cadre de ce projet, les élèves de seconde 8 du lycée Montaigne ont aussi participé dans leur établissement à un jeu de rôle autour de l’organisation des énergies au sein des territoires: « planète précieuse » ; jeu conçu, développé et animé par Graine d’Aquitaine.

Ils ont également travaillé autour d’un documentaire d’Eric Veyssy sur le Bangladesh et l’impact du changement climatique sur ce pays. Les élèves ont eu l’opportunité de rencontrer et d’interviewer en classe le réalisateur, membre de l’association Terre & Océan, suite à la projection de son reportage.

La rencontre avec Katia Laval

Le vendredi 17 mars, tous ont eu la possibilité de passer une heure trente en compagnie de la scientifique Katia Laval, co-auteure du livre Incertitudes sur le climat (Editions Belin 2013).

Lors de cette entrevue pleine d’humour et de pétulance, l’auteure a eu à cœur de répondre à la grande variété des questions posées par les élèves. Elle a pu ainsi témoigner du partage du travail par chapitre pour ce livre écrit en couple. Elle a également exposé les liens entre auteurs et éditeurs et les étapes de cet accompagnement pour un livre riche en références scientifiques aussi bien que philosophiques ; elle cite le philosophe Alain «  Dès que nous tenons une opinion, elle nous tient. »

Ensuite l’auteure a su exposer avec clarté un aspect complexe de son ouvrage : quels indices retenir pour prévoir les changements climatiques futurs ? Elle a su nuancer des discours grossis médiatiquement sur la tendance au réchauffement du climat et expliquer les critères à retenir et ceux à écarter. Par exemple, le taux de dioxyde de carbone n’est plus le seul indicateur utilisé par les scientifiques et les capacités des ordinateurs de nos jours permettent de prendre en compte de nombreux paramètres.

De plus Katia Laval a expliqué aux jeunes élèves la différence entre météorologie et climatologie et pour cela elle leur a exposé les outils spécifiques à chacune de ces deux disciplines mais aussi la différence des visées et des échelles : étudier le climat c’est appréhender une large période de temps sur une vaste zone géographique.

Enfin Katia Laval a montré que la démarche scientifique de l’ouvrage réalisé était également nourrie d’une réelle approche humaniste et sensible. Elle a tenu à présenter aux élèves une situation particulièrement dramatique du fait du réchauffement climatique global. En Europe une hausse de 1°C n’est que peu perceptible mais dans l’exemple qu’elle développe, le Sahel, elle a montré à tous que dans cette région les moindres variations ont de lourdes conséquences humaines. Ces propos étaient à la fois très argumentés, schémas et cartes à l’appui, et très émouvants et cela a montré à tous qu’une réelle démarche scientifique a toujours le souci des hommes et de leur avenir.

Madame Laval a émaillé ses explications de citations fortes d’auteurs divers, « On fait la science avec des faits, comme on fait une maison avec des pierres : mais une accumulation de faits n’est pas plus une science qu’un tas de pierres n’est une maison. » HENRI POINCARE

Katia Laval est professeur émérite à l’université Paris VI, spécialiste des interactions entre le sol, la végétation et l’atmosphère. Ses travaux les plus récents portent sur le bilan hydrologique de la Terre, sa variabilité et son évolution. Elle a contribué à divers ouvrages, notamment au Panorama de la physique (2007) aux éditions Belin et Facing Climate Change Together (2008) chez Cambridge University Press.

Guy Laval est directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’Académie des sciences. Longtemps directeur du centre de physique théorique de l’école polytechnique, c’est un spécialiste des plasmas et des questions énergétiques qui en découlent. Il a notamment publié L’énergie bleue – Histoire de la fusion nucléaire (2006) aux éditions Odile Jacob.

Une remise nationale du prix aura lieu à l’Académie des Sciences le 31 mai 2017.

Le thème pour l’année 2017-2018 sera : « L’intelligence artificielle : fantasmes et réalités ».

Pour plus d’informations sur Sciences pour tous, consulter la page : Prix du livre – Sciences pour tous, ou contacter Mayi-Laure Courtade, professeur-relais, en charge de la version lycée au niveau national.

Pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés